En matière d'impôt sur les revenus, le vendeur d'or physique a le choix entre payer une taxe forfaitaire sur le montant de la vente ou opter pour le régime des plus-values sur biens meubles. C’est lorsqu’il effectue une vente que le résident fiscal français aura à payer soit une taxe forfaitaire ou sur les plus-values (dégressive), au choix, en fonction de l’opportunité qui l’avantage le plus. C'est dans ce contexte que des simulations impots 2017 s'avèrent être utiles (les infos sur https://www.simulation-impots.eu/). La vente de votre Or doit être soumise à l'une ou l'autre des deux taxes en vigueurs : Taxe sur la Plus Value ou la Taxe des Métaux Précieux. Les simulations impôts 2017 vous permettent de simuler votre vente d'or et de choisir la charge la plus profitable.

L'Accablement et la durée de possession.

La fiscalité des ventes de pièces d'or est compliqué. Il faut souligner à quel régime elles sont soumises : soit suivant le mécanisme de l'or investis, soit en qualité des ustensiles de collection, plus appropriée ou aussi comme de simples pièces en circulation dont la cession ne supporte aucune taxe.

En effet, selon la loi, durant de la vente d’outils et de métaux précieux: or physique bijoux, collection d’art…, les résidents fiscaux français sont disposés de payer une taxe forfaitaire de 10.5% du prix de vente ou de la montant en douane.

Choisir entre les deux type d'impositions.

Le choix résulte de deux quotients : le prix de la plus-value réalisée; plus elle est petite, plus le contribution deviendra intéressant et vice versa. En cas de moins-value, le négociant n'est pas imposable s'il préfère cette option.

Le nombre d'années de disposition : plus cette durée est infime, plus le choix de l'imposition forfaitaire de 6 % sera très intéressant. A partir de ces paramètre de calcul, le vendeur doit considérer au cas par cas quel est le régime le plus avantageux.